Les bonnes raisons d’aimer Madagascar

Madagascar est, certes, une invitation au balnéaire et aux activités nautiques, mais elle se prête surtout à un écotourisme très diversifié. Son cadre naturel unique au monde abrite des espèces endémiques. Enfin, la richesse de Madagascar réside dans son peuple accueillant, attaché à ses traditions, coutumes et savoir-faire.

Madagascar, officiellement la République de Madagascar, est un pays insulaire dans l’océan Indien, au large de la côte sud-est de l’Afrique, à la hauteur du Mozambique. Il est également la plus grande île en Afrique et est la quatrième plus grande île dans le monde. Elle est séparée du continent par le canal du Mozambique. Notez que l’île était autrefois accordée à l’Afrique, qui a été séparé conduisant à l’isolement et est la cause de la conservation sur le territoire de nombreuses espèces uniques au monde.

C’est une île-continent fascinante et magique. Elle dispose d’un extraordinaire potentiel. « L’Ile Rouge » comme elle se définit, est une destination exceptionnelle en raison du tourisme très diversifié que l’on peut y pratiquer. Celui-ci s’organise autour de 3 pôles : le balnéaire et ses corollaires (plongée et autres activités nautiques), l’écotourisme et les sports d’aventure servis par des mesures de préservation de la nature (nombreux parcs naturels et réserves) et le tourisme de découverte culturelle en allant à la rencontre des 18 peuples qui composent la population malgache et de leurs traditions.

1. Sa diversité géographique

A Madagascar, on admire tous les paysages

A Madagascar, on admire tous les paysages

Madagascar s’impose comme une destination de premier ordre. Il y a d’abord sa taille et donc sa diversité géographique, s’étirant entre la houle de l’Océan Indien et la sérénité de la côte Ouest, le long du canal du Mozambique. On admire tous les paysages : Brousses épineuses au sud, montagnes volcaniques au nord, récifs de corail à l’ouest, falaises surplombant le littoral à l’est, des rizières, des Hautes Terres aux reliefs enchevêtrés, des plateaux calcaires comme Bemaraha ou gréseux comme l’Isalo, sculptés par l’érosion de l’eau et des vents, de grands bassins sédimentaires sur le versant ouest et des paysages de savanes au sud-ouest : la variété des paysages de Madagascar est inégalée. Le Nord résume, à lui seul, la géographie de l’Ile (forêt, plages de rêve, hauts reliefs, récifs coralliens) et le sud déroule des espaces infinis où le soleil règne en maître. Le sud-est de Madagascar abrite le Massif du Makay, une région encore méconnue de l’homme. Une équipe de scientifiques ont pu y répertorier 2.000 espèces de plantes et d’animaux. Ce kaléidoscope géographique et la beauté des paysages justifient déjà le voyage !

2. Ses espèces endémiques

Madagascar est un véritable musée de la nature où le degré d’endémisme est de 80% pour la faune et de 90% pour la flore.

Madagascar est un véritable musée de la nature où le degré d’endémisme est de 80% pour la faune et de 90% pour la flore.

Madagascar c’est aussi l’originalité de son histoire géologique et ses répercussions sur le milieu naturel. En la matière, l’île cumule les records d’espèces endémiques; elle est un véritable musée de la nature où le degré d’endémisme est de 80% pour la faune et de 90% pour la flore. Le Takhtajania est une plante qui existait déjà il y a 120 millions d’années ; la forêt tropicale abrite 1000 variétés d’orchidées et dans un monde de bush du Sud dominent 6 espèces de baobabs, autre fantaisie de la nature le Népenthès, plante carnivore aussi emblématique que le célèbre Ravinala (arbre du voyageur). Le monde animal n’est pas en reste avec les incontournables lémuriens (30 espèces dont les ancêtres vinrent depuis le continent africain, il y a quelque 25 millions d’années), depuis le Microcèbe nocturne, gros comme une souris jusqu’à l’Indri, de la taille d’un garçonnet et dont le chant égaie la forêt pluviale. Les caméléons comptent parmi les plus beaux du monde tout comme les papillons. Les scientifiques ont fait la découverte  sur un îlot minuscule appelé Nosy Hara au large de l’extrême nord de la Grande Île d’une espèce de reptile appartenant à la famille des brookésies (Brookesia) considérée comme le plus petit au monde appelée Brookesia Micra. Les sables du Sud ont révélé des oeufs d’Aepyornis (autruche géante) d’un capacité de 8 litres. Quant aux fossiles de dinosaures, ils comptent parmi les plus anciens recensés. Madagascar est aussi un paradis pour ornithologues et autres scientifiques.

3. Ses mers et ses côtes pour tous les goûts

Nosy Iranja à Madagascar est un site magique aux eaux turquoises, composé de deux îles, reliées à marée basse par un banc de sable blanc.


Nosy Iranja à Madagascar est un site magique aux eaux turquoises, composé de deux îles, reliées à marée basse par un banc de sable blanc.

 

Une belle plage rectiligne de Sainte-Luce, Fort Dauphin

Une belle plage rectiligne de Ste-Luce, Fort Dauphin. Ste-Luce associe la beauté sauvage à l’histoire car c’est à cet endroit que débarquèrent les 1ers Français du navire le St-Alexis

 

A Madagascar, l’île aux 5000 km de littoral, il y a des mers et des côtes pour tous les goûts. A l’extrême Nord, Antsiranana est l’une des plus belles baies du monde. Le Nord-Ouest domaine des criques des rades, des plages de sable blanc et des îlots aux noms chantants entourant Nosy Be. La barrière corallienne de Toliara au Sud-Ouest qui est la deuxième plus grande du monde, la baie de Saint Vincent pays des banyans, celle d’Ifaty et le récif d’Andranobe hauts lieux de la plongée. L’arc méridional avec ses villages perdus de pêcheurs et ses vagues pouvant combler surfers et windsufers. L’Est étonnamment rectiligne de Fort Dauphin à la baie d’Antongil en passant par Sainte Marie. Au Nord-Est, les côtes de la SAVA au parfum de vanille, et de nouveau de Nord qu’on n’aura pas perdu, et sa mer d’émeraude…

4. Ses cultures

Madagascar est le pays d'un peuple à l'accueil et au sourire légendaire

Madagascar est le pays d’un peuple à l’accueil et au sourire légendaire

Madagascar marque son originalité avec ses 20 millions d’habitants, représentatifs de 18 peuples ici rassemblés. Chacun d’eux imprime son identité au pays, au gré des régions où ils vivent et se distinguent par des métiers et techniques, des modes de vie, des traditions et rites spécifiques. Ils illustrent aussi les origines du peuplement de l’île : les Merina de la région d’Antananarivo et les Betsileo de la région de Fianarantsoa affichent des traits à dominante indonésienne, tandis que les Sakalava de la côte ouest semblent proches des peuples d’Afrique de l’Est. En fait, bien avant que les peuples du nord ne découvrent l’Océan Indien et le Pacifique Sud, des navigateurs évoluaient déjà dans ces immensités marines. Ils allaient de Hawaï au Nord à la Nouvelle-Zélande au sud, de l’île de Pâques à l’Est à la côte africaine à l’Ouest, faisant escale pour certains, ou terminus pour d’autres, à Madagascar. D’autres migrations vinrent ensuite de l’Afrique; aussi la langue, la culture et les types humains de la Grande Ile s’apparentent-ils, à la fois, à l’Asie et à l’Afrique. En fait, Madagascar a joué un rôle de creuset de populations : Merina « hommes des hauteurs », Sakalava « hommes de la petite vallée qui coupe la grande », Antaimoro « hommes des rivages ou autres Antandroy « hommes qui habitent dans les épines ». La forme des maisons et le culte des ancêtres rappellent l’Asie. L’omniprésence du zébu durant les rites et son importance comme signe de richesse ou encore le rite de la circoncision, et enfin, les méthodes de poterie témoignent des liens avec les civilisations d’Afrique de l’Est.

Une sélection de Vidéos sur Madagascar

TitresLes vidéos
Madagascar, toi si belle...
Madagascar, grandeur nature
Print Friendly